10 mai 2014

David O. Selznick Autant en emporte le vent - mémos 5




Mémo 1, 2, 3, 4
10 décembre 1938

A John H. Whitney

Vous avez raté un spectacle sensationnel. On a commencé à tourner Autant en emporte le vent. Filmé les grandes scènes de l'incendie ce soir à huit heures et demie, et à en juger par ce qu'on a vu, elles vont être sensationnelles.

 






L'incendie d'Atlanta fut reconstitué sur le terrain derrière le studio Selznick. On posa de fausses façades et des profils chantournés sur de vieux décors pour imiter les bâtiments de l'époque. Sept caméras Technicolor prirent les doublures de Rhett et Butler en plans généraux et moyens se détachant sur un fond d'incendie. Il fut nécessaire de tourner cette séquence avant le début véritable du film afin de dégager le terrain pour permettre la construction du décor de l'extérieur de Tara, de parties d'Atlanta et de divers autres extérieurs.



12 décembre 1938

A Mme David O. Selznick

Chérie,

Samedi soir j'ai été tout ragaillardi par la séquence de l'incendie. Ce fut l'une des plus vives émotions que m'ait procuré un film. D'abord à cause de la scène elle-même, mais aussi parce que je savais, avec un mélange de terreur et d'excitation, qu'on travaillait enfin sur Autant en emporte le vent. Myron a rappliqué juste après le tournage. Il était accompagné de Larry Olivier et de Vivien Leigh. Chut! C'est l'outsider pour Scarlett et elle a l'air drôlement bien. Je ne le dirai à personne, mais entre nous la compétition se limite à Paulette Goddard, Jean Arthur, Joan Bennet et Vivien Leigh.

Nous faisons les derniers essais cette semaine et j'espère follement que tu seras rentrée pour nous voir prendre l'ultime décision... Au moins quand je serai lynché, je pourrai crier sincèrement que j'ai fait tout mon possible...

  Plus tard, David O. Selznick a raconté sa première rencontre avec Vivien Leigh:


Avant que mon frère Myron ne m'ait amené Laurence Olivier et Vivien Leigh au studio pour voir tourner l'incendie d'Atlanta, je ne l'avais jamais rencontrée personnellement. Quand il me la présenta les flammes éclairaient son visage et Myron dit :'' Je veux que tu fasses la connaissance de Scarlett O'Hara;'' Je jetai un regard sur elle et je sus qu'il avait raison quant à l'idée que je me faisais de Scarlett O'Hara. Plus tard, ses essais faits sous la brillante direction de Cukor montrèrent qu'elle pourrait interpréter le rôle à merveille, mais je ne me suis jamais remis de ce premier coup d'oeil.

 

17 décembre 1938

A Mme D.O. Selznick

George s'occupe activement des essais pour Scarlett. Aujourd'hui a été entièrement consacré à Jean Arthur, qui nous a causé bien des ennuis, mais à la voir sur le plateau, elle pourrait être merveilleuse... Les essais des quatre filles porteront sur quatre scènes, et puis nous les monterons de façon à voir les quatre filles jouer à la file les quatre scènes. Et si elles n'étaient pas bonnes? Tu pourras m'envoyer me faire voir je suppose... George (Cukor) passera toute la journée de lundi avec Joan Bennet, toute la journée de mardi avec Paulette Goddard, toute la journée de mercredi avec Vivien Leigh ce qui fait que tu seras de retour pour assister à l'élimination...

 

23 décembre 1938

A Katharine Brown

Coup de feu pour distribution. Qu'est-il sorti de vos conversations avec Lilian Gish? Barbara O'Neil et elle sont parmi nos très rares candidates pour le rôle d'Ellen (la mère de Scarlett). Ainsi que Cornelia Otis Skinner qui,dit-on est très intéressante. J'aimerais savoir quel est son prix.(C'est Barbara O'Neil qui sera retenue).
 


                                        

 

  

 Lilian Gish                         Barbara O'Neil                                        Cornelia O. Skinner
               
 4janvier 1939

A M. John Whitney

CONFIDENTIEL

Je vois envoie ci-joint l'avant projet d'annonce aux journaux (concernant l'engagement de Vivien Leigh). Veillez y comme à la prunelle de vos yeux.

Il y a encore des changements et des exigences dont il faut venir à bout dans les négociations. Il apparaîtrait maintenant qu'Alexandre Korda en est venu à choisir en définitive de faire un film sur deux avec Vivien Leigh. Autrement dit, Vivien Leigh ferait Autant en emporte le vent et un second film avec nous, puis un avec Korda, puis de nouveau un avec nous. Cet heureux hongrois a une chance extraordinaire et nous allons faire sa fortune. Pourtant, si elle est vraiment aussi bonne que nous l'espérons, j'imagine que nous avons eu de la chance aussi et que nous ne devrions pas être assez cupides pour regretter que quelqu'un d'autre en retire quelque chose aussi.

 

6 janvier 1939

A M. Ginsberg

CONFIDENTIEL

Dès que le contrat de Scarlett sera signé, la fille (Vivien Leigh – Sic) devra se présenter régulièrement à neuf heures ou neuf heure et demie, ou au plus tard à dix heures tous les matins, travailler au moins deux heures son accent, puis être présente pour les essayages, puis pour les répétitions avec M. Cukor et pour les essais photographiques qui pourraient être nécessaires, puis travailler de nouveau son accent pendant deux heures.

Je suis très inquiet du fait qu'on ne prête pas assez d'attention au problème de l'accent. Il faudrait que, régulièrement et sans faute, on lui donne au moins quatre heures de leçons par jour.

Dès que Garmes (chef opérateur du film) arrivera et que le contrat sera signé avec la fille, il faudra faire des essais photographiques et notamment, voir ce qui conviendra pour ses sourcils et ses cheveux. Il faudra toutefois donner des ordres stricts pour qu'on ne commette rien d'irréparable. En d'autres termes, il ne faudra ni lui couper les cheveux, ni les teindre et , en aucun cas, il ne faudra lui épiler les sourcils.

J'aimerais que les essais photographiques portent en partie sur la façon de maquiller ses sourcils pour leur donner un air plus naturel et convenant à l'époque, qu'on fasse des essais de maquillage et qu'on étudie sa silhouette, en particulier ses seins...

 

13 janvier 1939

A Mme John R. Marsh (Margaret Mitchell)

Chère Mme Marsh. Nous allons donner à la presse des informations sur Scarlett, Ashly et Melanie et nous allons les remettre d'une heure pour vous permettre de les communiquer aux journaux et correspondants d'Atlanta... J'espère vraiment que le résultat final vous fera autant plaisir qu'à nous. Un de mes plus grands espoirs, de mes plus grands rêves, est que vous soyez totalement satisfaite par la version cinématographique de votre magnifique ouvrage

Cordialement et avec ma reconnaissance.

 

13 janvier 1939

Mme John Marsh

Chère Mademoiselle Mitchell. Voici l'annonce concernant Scarlett. Vivien Leigh, dont le père est français et la mère irlandaise, interprétera le rôle de Scarlett O'Hara dont le père était irlandais et la mère française... On a déjà annoncé que Clark Gable jouerait Rhett Butler... Le tournage du film, qui sera entièrement en Technicolor, commencera dans les quinze jours à venir. Physiquement aussi bien que par ses ancêtres, Mlle Leigh ressemble à l'héroïne de votre livre.

Avant d'avoir travaillé dans le cinéma en Angleterre, Vivien Leigh avait fait une grande carrière au théâtre. Dans le privé, Mlle Leigh est Mme Leigh Holman, femme d'un avocat londonien et mère d'une petite fille de cinq ans, Suzanne. Mlle Leigh est née le 5 novembre 1913 à Darjeeling en Inde au pied du mont Everest... Elle a fait ses études à Paris, à Londres, en Suisse, en Italie et en Allemagne...

On doit prononcer le nom de Mlle Leigh comme s'il s'écrivait ''Lee''

 

 26 janvier 1939

A Lowell V. Calvert

Selznick International Pictures – New York

Commencé aujourd'hui tournage Autant en emporte le vent.

3 commentaires:

roijoyeux a dit…

étonnant l'anecdote que Scarlett et vivien Leigh sont toutes 2 franco-irlandaises !! ... je devrais revoir mon vivien Leigh illustré !!!

charlus80 a dit…

franco-irlandaises... le feu et la glace...

Alain a dit…

Passionnant ! Tout en ayant lu, il y a déjà longtemps ces "anecdotes", elles restent, aujourd'hui encore d'autant plus étonnantes !